Le faiseur de rêves: entre rêves et légende

Ecrit par Laini Taylor et sorti en avril 2018 chez Lumen, Le faiseur de rêves patientait depuis très longtemps parmi tant d’autres. Ce n’est que récemment en voyant Eleonore (du blog La bibliothèque d’Elé) en parler sur les réseaux que je me suis rappelée de lui. En bref, elle m’a un poil motivée à m’y lancer.

Dans ce roman fantasy, on débute avec une scène singulière: une jeune fille à la peau bleu tombe, tombe, tombe et s’empale sur la pointe en fer d’un portail, scène tragique dont les papillons qui tenteront de la soulever ajouteront cette note singulière à ce tableau. Ainsi commence l’histoire dont la couleur est annoncée.

Lazlo Lestrange, jeune enfant orphelin recueillit chez les moines, rêve d’une ville en particulier, alors qu’à l’autre bout du monde, un homme défie les dieux dans cette même cité. Cette ville avait un nom. Tous l’oublièrent. Depuis, tous la nomment Désolation. Quinze ans plus tard, Lazlo ferra son chemin, deviendra bibliothécaire, doux rêveur cherchant des traces de la cité dans le moindre ouvrage. Jusqu’au jour où il se retrouve embarqué dans une aventure qui l’y mènera. De là, il ferra des rêves extremement lucides et y rencontrera Sarai.

C’est un roman que j’ai beaucoup apprécié et qui pour le coup mérite que l’on se plonge dedans. Il est terriblement prenant, on se prend au jeu du chercheur à la recherche du moindre indice. Les personnages sont terriblement attachants malgré les particularités de chacun et les méchants de l’histoire sont très nuancés, au point qu’on comprenne ce qui les a poussés à de telles actions extrêmes sans jamais les excuser. L’histoire a ce quelque chose de tragique, au travers de ces attachements qui ne semblent pas pouvoir être possibles et c’est horrible parce qu’on a envie qu’ils soient heureux malgré tout, et ça vire à la tragédie. Les décors et paysages décrit donnent envie de s’y téléporter et on ressent comme une inspiration orientale qui fait rêver.

Le roman est bien rythmé, on découvre les choses quand il faut sans être assommé ou dans le flou total. Dans sa construction, dans la manière dont il est écrit, il m’a beaucoup fait penser à la passe miroir de Christel Dabos. A ceux qui ont aimé La passe miroir, et qui sont en panne de lecture ou en recherche d’idées, je ne peux que vous le conseiller.

Vous l’aurez compris, j’ai passé un très bon moment avec ce livre! Pour les curieux, je vous invite à aller voir la chronique d’Eleonore sur ce livre!

C’est le rêve qui choisit le rêveur, et non l’inverse…
Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme.

Quinze ans plus tard, il travaille dans la plus grande bibliothèque du monde, à Zosma, en rêvant de fabuleuses découvertes quand, de la Cité oubliée, émerge tout à coup une curieuse expédition venue recruter les meilleurs scientifiques du continent. Pourquoi diable s’obstiner à réunir ces esprits éminents ? Mystère… Et pourquoi Lazlo voit-il donc ses songes se peupler de visions étranges – à commencer par une déesse à la peau bleue pourtant assassinée, des années plus tôt, par les habitants de la ville interdite ? Qui est-elle vraiment ? Comment le jeune homme, qui ignore tout de sa légende, peut-il bien la voir en rêve ?

Rien de tout cela n’est possible, bien sûr – mais pareil détail a-t-il jamais empêché un rêveur de rêver ? Songes, monstres, dieux, fantômes, alchimie et guerre totale : après quatre années d’attente, Laini Taylor, finaliste du National Book Award américain et auteure de séries multi-récompensées, nous livre enfin un aperçu de son nouvel univers, à la plus grande joie de ses nombreux fans.

13 réflexions sur “Le faiseur de rêves: entre rêves et légende

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s