Trois fois la fin monde…

D’une conférence sur l’écologie à laquelle j’ai assisté il y a quelques temps, j’en suis repartie avec toute une liste de livres intéressants. Il y a peu, je terminais Imaginer la pluie, écrit par Santiago Pajares et publié chez Actes Sud, que j’avais beaucoup aimé et qui faisait de belles références au Petit Prince. Aujourd’hui, de cette petite liste, c’est Trois fois la fin du monde que je coche dans la catégorie des livres lus de cette liste.

Un jeune homme se retrouve en prison, suite à un braquage qui tourne mal. Son frère y a laissé sa peau; lui, passera son séjour à attendre, à survivre au milieu de prisonniers et de matons brutaux, où tous les coups sont permis. Mais c’était sans compter sur une explosion nucléaire qui lui permettra de s’échapper. Dès lors, et ne voulant pas retrouver les humains, il fait le choix de rester dans cette zone désormais interdite et dépeuplée. Il y apprendra à vivre, à cultiver, à observer.

C’est un roman qui est très prenant, très beau, et fort d’une poésie qui lui est propre. Entre langage cru quand le narrateur est personnage principal et simplicité quand narrateur extérieur, on se prend au rythme bien alterné et bien mené. Le personnage est attachant de par son parcours mais aussi son évolution et ses attachements face aux galères qu’il vivra dans cette nature redevenue sauvage. Face à la prison qui le ferra évoluer puis à la solitude face à laquelle grandit et dans laquelle il s’intègre, on le verra apprivoiser son environnement pour le pire mais aussi et surtout pour le meilleur.

L’histoire est prenante, on ne sait pas trop comment va finir le personnage ni si il tiendra et de quoi il sera capable. Il y a de l’émotion, de la tendresse. D’ailleurs, à une ou deux reprises, dans l’histoire, j’ai eu les larmes aux yeux. C’est un roman accessible, facile à lire, qui met la relation à la nature en avant et c’est beau, c’est fort grâce à une écriture belle et brute.

De Sophie DivryChez Noir et BlancA 16€Sorti le 23 août 2018

« Après un braquage avec son frère qui se termine mal, Joseph Kamal est jeté en prison. Gardes et détenus rivalisent de brutalité, le jeune homme doit courber la tête et s’adapter. Il voudrait que ce cauchemar s’arrête. Une explosion nucléaire lui permet d’échapper à cet enfer. Joseph se cache dans la zone interdite. Poussé par un désir de solitude absolue, il s’installe dans une ferme désertée. Là, le temps s’arrête, il se construit une nouvelle vie avec un mouton et un chat, au cœur d’une nature qui le fascine. »

16 réflexions sur “Trois fois la fin monde…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s