Chroniques du monde émergé, des chroniques qui ne m’auront pas chamboulée

Chroniques du monde émergé

Sorti en 2011, écrit par une auteure italienne, ce livre raconte l’histoire d’une fille étrange de treize ans. Étrange? En effet, cheveux bleus, yeux violets, la jeune fille ne passe pas inaperçue, d’autant qu’elle ne fait rien de ce qu’une jeune fille normale ferrait, à savoir chercher un mari et faire de la couture au lieu de jouer à la guerre en tenue de garçon. Mais voilà, si la paix semble actuelle dans sa cité, le Tyran menace par sa présence, à proximité, et la destruction de peuples entiers.

Dans ce contexte, Nihal va grandir, faire des rencontres, suivre un premier apprentissage de magie assez court puisque possédant peu de talent par rapport à son futur meilleur ami puis un autre plus intense en armes pour devenir guerrier et avoir un dragon. Elle fera la guerre, découvrira ses origines et sera prise d’un puissant désir de vengeance.

Un monde émergé qui a coulé…

Commencé une semaine plus tôt, j’avoue avoir dû forcer un peu pour aller jusqu’au bout. Le rythme, l’histoire, les personnages,…. Beaucoup de choses m’ont fait lever les yeux, grincer des dents, pourtant, tout n’est pas mauvais.

Le rythme est soutenu dans ce livre; Nihal étant prise dans un tourbillon d’aventures. La découverte de ses origines et son entrain à vouloir devenir un guerrier puis à vouloir se venger laissent peu de place à l’ennui; et c’est un bon point. Malgré cela, je n’ai pas eu cette chance d’être entraînée dans ce roman.

L’intrigue ne m’a pas plus emballée que cela, tant par la manière dont c’est écrit, – style sans être mauvais mais très « simple – que part son côté déjà vu. On sent l’influence de certaines œuvres marquantes du même genre, et c’est sans parler des personnages.

Le Tyran, menaçant par son nom mais tellement peu présent, brille par son absence dans ce roman qui aurait gagné à avoir ne serait-ce qu’un passage avec lui. A aucun moment je n’ai ressenti ce personnage comme une menace, ni même les guerres comme menaçantes.

Nihal est au début du récit une jeune fille de 13 ans qui ne rêve que d’une chose: devenir guerrier chevalier et être le top du top, avoir son dragon à elle pour tuer le Tyran qui ne cherche qu’à soumettre tout le monde, et connaitre les rudiments de la magie parce que bon, c’est très complémentaire au maniement des armes (c’est tellement plus pratique de se trancher un membre et de le faire repousser dans la foulée). On va la suivre tout au fil de ce roman, la voir grandir et évoluer. Mais surtout, on va la subir, elle, capricieuse qui n’en fait qu’à sa tête sans jamais se soucier de ce que causent ses actions, immature, irréfléchie, ne respectant jamais ce que son maître lui dit et fonçant tête baissée. J’ai eu énormément de mal avec ce personnage et manque de bol, c’est le personnage principal.
On rencontre aussi d’autres personnages qui sans être au même niveau que Nihal, sont soit trop bien soit trop mauvais. C’est le reproche que je fais à l’auteur, du coup, d’avoir des personnages qui auraient pu être ambiguë mais qui malheureusement ne le sont pas alors qu’ils y auraient gagné.

On rencontre aussi d’autres personnages qui sans être au même niveau que Nihal, sont soit trop bien soit trop mauvais. C’est le reproche que je fais à l’auteur, du coup, d’avoir des personnages qui auraient pu être ambiguë mais qui malheureusement ne le sont pas alors qu’ils y auraient gagné.

Le roman s’adresse clairement aux jeunes lecteurs. Il ne m’a pas marqué car l’écriture ne m’a clairement pas plu mais plaira peut-être plus au public ciblé.

Résumé: Nihal est une jeune fille différente des autres : elle a les oreilles en pointe, les cheveux bleus et de grands yeux violets, ce qui ne l’empêche pas de mener une vie normale… jusqu’à ce que Tyran, un despote sanguinaire, envahisse la Terre des Vents et rase son village. Ce jour-là, le destin de Nihal bascule. Dès lors, la jeune fille n’a plus qu’une idée en tête : venger les siens et sauver les huit terres du Monde Émergé. Avec l’aide de sa tante magicienne, du jeune mage Sennar et de l’épée de cristal noir forgée par son père, elle se lance à corps perdu dans une bataille fantastique qui la conduira à travers les terres émergées, sur les traces d’un continent oublié, à la recherche de talismans et la poussera aux limites de sa force, de son intelligence et de son courage…

10 réflexions sur “Chroniques du monde émergé, des chroniques qui ne m’auront pas chamboulée

  1. oh bin zut ! ma fille souhaite le lire, peut être que son jeune age la fera passer à coté de ces points faibles. Merci pour ton retour, bise !

    Aimé par 1 personne

    1. De rien. Peut-etre que ca lui plaira. Elle a quel age? J’avoue que le fait d’etre plus « vieille » ne m’a peut etre pas aidé. Un collegue l’avait beaucoup aimé mais il l’avait plus jeune donc ca peut y faire 🙂

      J'aime

    1. Ca me rassure de voir que je ne suis pas la seule a avoir eu cet effet… je pense que je vais le bazarder quelque part, le donner a quelqu’un qui pourrait l’aimer mais je suis un meu deçue je pensais pas qu’il me ferrait autant cet effet

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s